actualité

34e anniversaire : Cheikh Anta Diop a laissé 15 gros ouvrages et près de 30 articles

Cheikh Anta Diop était très à l’aise en histoire ancienne, en physique, en chimie, en mathématiques, en linguistique, en sociologie, en égyptologie, en paléontologie humaine (étude des fossiles humains). Il fut élève d’André Aymard en Antiquité gréco-romaine, de Gaston Bachelard en philosophie, de Frédéric Joliot-Curie en physique chimie, d’André Leroigourhan en préhistoire, de Marcel Griaule en ethnologie, de Georges Gurvitch en Sociologie, de J.J Clere en Egyptologie. Cheikh Anta était spécialisé en physique nucléaire, dans le domaine des basses énergies. Il a travaillé dans le laboratoire de chimie nucléaire du collège de France et dans le laboratoire des faibles radioactivités du commissariat à l’Energie Atomique-CNRS à Gif-sur-Yvette. Docteur d’Etat es-lettres en Sorbonne, Cheikh Anta est aussi le premier égyptologue d’Afrique Noire. Tant de savoirs maîtrisés avec autant de modestie et d’humilité !

Encore étudiant à Paris, Cheikh Anta est le premier africain francophone à revendiquer l’indépendance politique des colonies africaines, bien avant la loi-cadre. Il a aussi dirigé l’Association des Etudiants Africains du Rassemblement Démocratique Africain (R.D.A). A l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN), il a crée le laboratoire de datation par le radiocarbone. Il était également professeur d’histoire ancienne de l’Afrique (vallée du Nil, Nubie) à la faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Dakar. Au sujet des méthodes physico-chimiques absolues, il a écrit un livre intitulé : Physique nucléaire et Chronologie absolue (Dakar, 1974).Il était aussi un homme politique, il avait fondé un parti politique (Rassemblement National Démocratique : RDA).Chercheur et érudit, Cheikh Anta a laissé 15 gros ouvrages et près de 30 articles. Ces écrits portent essentiellement sur les rapports culturels, historiques, linguistiques entre l’Egypte ancienne et le reste de l’Afrique noire. Il est en effet le premier à avoir défendu avec force la thèse, de plus en plus vérifiée et authentifiée par la paléontologie et la biologie. Son credo portait sur un idéal de la jeunesse Africaine ouvert à la construction critique d’espaces démocratiques dans l’unité et la solidarité de destin.

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.