sénégal

Ahmed Khalifa Niass défend le braqueur tué à Saint-Louis: « nit ku nék amnga droit ñu sul leu »

 Le religieux et homme politique Ahmeth Khalifa Niass, a balayé d’un revers de main les arguments selon lesquels un chef religieux peut interdire l’inhumation d’un corps dans sa cité religieuse. Un débat qui fait suite au refus du khalife général de Mpal de voir le corps du braqueur Isma Ba être enterré dans la cité.

Joint par Seneweb, Niasse déclare : « Peut-être que le khalife a pris cette décision sous l’angle social. Pour la religion musulmane, tout être humain a le droit d’avoir une sépulture. L’enterrement est la destinée de tous les morts et qu’importe la gravité de leurs fautes sur terre. Même si on tue un million de personnes, on a le droit d’être enterré. »

Selon lui, il n’y a aucune règle islamique qui empêche à un mort d’être enterré. « Je peux même dire que cette règle reste valable pour toutes les autres religions révélées. C’est le droit du défunt et les intérêts de ceux qui vivent, car le cadavre qui est dehors peut causer beaucoup de maladies. Imaginez que les animaux mangent le corps du défunt… Avec la chaîne alimentaire, même les hommes peuvent contracter une maladie, à cause de ça. Alors, le refus d’enterrer un mort ne peut pas se justifier dans la religion musulmane ».

Poursuivant son argumentaire, Ahmed Khalifa Niass ajoute : « Le Prophète, en son temps, s’est une fois levé pour saluer la mémoire d’un défunt juif », explique le religieux.

Toutefois, il s’interroge : « Je ne sais pas pourquoi ils ont pris cette décision, mais je sais que la famille d’El Hadj Rawane Ngom est un modèle dans la pratique de l’islam au Sénégal. »

audio: seneweb

Catégories :sénégal, Société

Tagué:

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.