actualité

Babacar Justin Ndiaye « L’Etat recule, la maladie avance sur un … »

Le Président Macky Sall, le chef de la guerre contre le coronavirus ou COVID-19 – fort de la loi d’habilitation et blindé par l’état d’urgence – ordonne un repli identique à une capitulation. La ligne de crête est-elle intenable sous les feux nourris d’une canonnade de religieux bien embusqués sur les minarets ?

Manifestement : oui. Dans la foulée du demi-tour, l’Etat remet ses armes et ses armoiries à la Mosquée, ouvre un boulevard à la maladie et, in fine, installe le pays dans une situation kafkaïenne.

D’un côté, la Mosquée récuse farouchement les mesures (salvatrices) édictées par l’Etat, au point d’obtenir leur levée. De l’autre, l’Eglise catholique prend acte poliment mais se démarque subtilement de la levée des mesures (salvatrices) décidée par l’Etat. Voir le communiqué publié par Monseigneur André Guèye, Evêque du diocèse de Thiès.

Situation surréaliste que celle de la démocratie sénégalaise où les Marabouts sont d’efficaces francs-tireurs qui obtiennent tout par la pression, mais ne payent et ne paieront jamais les pots cassés. Normal ! Car, ils ne sont pas élus au suffrage universel. Demain, quand les cadavres vont pulluler comme à Quito, en Equateur, les citoyens demanderont exclusivement et violemment des comptes aux responsables et dirigeants démocratiquement élus mais insuffisamment courageux et totalement démissionnaires.

Raymond Aron disait : « La garantie de l’impopularité ne m’incommode pas ». Cette phrase a sa place dans le bréviaire de tout gouvernement déterminé à assumer ses responsabilités.

Par Babacar Justin Ndiaye

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.