actualité

Comment Seynabou a rendu aveugles ses belles-filles

Les faits remontent en mai 2015. La belle-mère des fillettes Seynabou Ndiaye infligeait des actes de barbarie et de torture aux gamines Fatou Guèye et Nogaye Guèye. Alors qu’elles n’avaient que 5 et 3 ans, leur belle-mère les battait avec un fil, leur donnait des coups de pied cognait des fois leur tête contre le mur et d’autres fois, elle leur donnait des coups sur le crâne avec un encensoir.

Et pire, il arrivait qu’elle leur verse du gasoil sur leur tête. Mais le sommet, c’est quand elle leur aspergeait de la lessive en poudre (omo) dans leurs yeux. Et pourtant, leur père, Modou Guèye, a été avisé des sévices que sa femme infligeait à ses filles. Mais, il a fait la sourde oreille. Ainsi, fatigués des pleurs constants des fillettes suite aux sévices, les notables du quartier à Yeumbeul et beaucoup d’autres voisins ont saisi la brigade de ladite localité pour dénoncer cette barbarie.

Sentant que les carottes sont cuites, Seynabou Ndiaye a pris ses 4 enfants et s’est enfuie à Niague pour échapper à la justice. Malgré cela, elle y a été extirpée par les agents et soumise à un interrogatoire au cours duquel elle finit par avouer qu’elle était l’auteur des sévices corporels infligés aux deux fillettes. Pour se justifier, elle soutenait les avoir violentées parce qu’elles faisaient caca et pissaient sur leur lit.

Admises à l’hôpital pour enfant de Diamniadio, l’homme de l’art a conclu dans son rapport médical qu’il y a un décollement de la rétine et que les filles ont définitivement perdu la vue. Après plus de 4 ans, les victimes qui durant toute la journée ont été conduites et guidées par une tierce personne dans leurs déplacements, sont revenues sur le calvaire qu’elles ont vécu.

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.