Société

Entrepreneuriat des jeunes : Plus de 1800 projets financés par le Ppej en 30 ans

La Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la francophonie (Confejes) célèbre cette année, les 30 ans du Programme de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes (Ppej). Et la réunion annuelle du Comité technique de sélection et d’orientation dudit programme (Ctso/Ppej), qui se tient du 26 au 31 août 2019, à Dakar, porte le sceau de cette célébration. Cette rencontre dont la cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu, ce lundi 26 août, au siège de la Confejes sis à Dakar, a été présidé par le Secrétaire général du ministre de la Jeunesse, Gabriel Luciano Preira, en présence notamment du Secrétaire général de la Confejes, Bouramah Ali Harouna, et des représentants de la Fédération Wallonie Bruxelles et de la France.

Selon Bourama Ali, ce grand rendez-vous du Comité technique de sélection et d’orientation du Programme de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes vise à sélectionner et attribuer des financements aux meilleurs projets des jeunes des pays membres du Sud dans le cadre du Ppej, attribuer des financements incitatifs aux projets des jeunes ayant bénéficié de financement l’année précédente et réfléchir sur les propositions pour un meilleur fonctionnement du dispositif.

Le Secrétaire général de la Confejes signale que le Ppej offre aux jeunes désirant créer leurs propres entreprises une formation d’«apprentissage leur permettant d’identifier leurs capacités d’entrepreneurs et de développer leurs propres projets d’entreprises et apporte aussi un soutien financier aux projets les plus prometteurs». Et chaque année, le Ctso du Ppej sélectionne «les meilleurs» projets d’entreprises des jeunes des pays membres du Sud.

Près de 2000 projets financés en 30 ans

Pour cette année, les membres dudit comité auront à examiner 148 projets de 15 pays, à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, le Gabon, le Madagascar, Maurice, la Mauritanie, le Maroc, le Tchad, le Togo, la Tunisie, le Sénégal et les Seychelles.

A en croire Bouramah Ali Harouna, depuis son lancement en 1989, le Ppej a financé 1849 projets, entrainant la création de 5334 emplois, pour un coût estimé à 2 milliards 552 millions de francs Cfa au profit des pays membres de l’Afrique, du Magreb, de l’Océan indien et de Haïti. Pour lui, ce n’est pas l’aspect financier qui est le plus important mais plutôt «la formation, l’accompagnement et l’encadrement nécessaires».

La nécessité de créer et alimenter des fonds nationaux

Sachant que le Ctso ne peut pas retenir tous les projets présélectionnés au niveau national, le Secrétaire général de la Confejes d’inviter les États et les gouvernements membres à «créer et à alimenter des fonds nationaux d’insertion des jeunes et à diversifier les partenaires financiers pour appuyer et soutenir le maximum de projets initiés par les jeunes».  

Au cours de cette réunion, les coordonnateurs et jeunes participants feront le  bilan des activités menées et des propositions pour «un meilleur fonctionnement du dispositif». Ils réfléchiront également sur les orientations à donner au programme pour un «meilleur rayonnement».

Invite à plus de rigueur dans la sélection des projets

Le représentant de Mme le ministre de la Jeunesse, pour sa part, a noté que le Ppej est aujourd’hui un programme qui tient «beaucoup à cœur» le gouvernement du Sénégal. Et la plupart des projets présentés par l’État ont été «le plus souvent» sélectionnés. Ainsi, il a invité le Secrétaire général de la Confejes à être le «plus exigent possible dans la réflexion et dans l’analyse en prenant soin de s’inspirer des expériences déjà passées».

De l’avis de Gabriel Luciano Preira, «beaucoup de rigueur» à la sélection des projets permet aux bénéficiaires, aux promoteurs, d’«avoir cette même rigueur dans la conduite de leur projet».

Catégories :Société

Tagué:

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.