actualité

Litige foncier : Les populations de Darou Salam 2 Extension déterminées à se battre au prix de leurs vies.

49428680-38453808

En contentieux judiciaire depuis le mois d’octobre dernier, les populations de Darou Salam Extension (Tivaouane Peulh) n’entendent pas jeter l’éponge. Elles ont manifesté, ce dimanche 30 août leur volonté ferme de ne jamais s’avouer vaincues. Et ce, malgré une décision de justice favorable au Pdg de la société Senico, El Hadj Abdoulaye Dia. Décision l’autorisant à expulser près de 3 000 âmes et de procéder à la démolition de plus 243 maisons qui leur servaient de domicile.

Réunies en assemblée générale, elles se sont montrées toutes déterminées à ne pas céder. « Le tribunal a donné une décision favorable à El Hadj Abdoulaye Dia. Nous nous sommes réunis pour échanger. Nous ne comprenons pas ce qui nous arrive. Nous avons acquis légalement ces terres. Ce sont des terres acquises dans le cadre d’une politique d’extension de la Commune de Keur Massar. Cela a été validé et par la mairie de cette commune et par la sous-préfecture. Donc, aujourd’hui, nous n’arrivons pas à comprendre que l’État qui nous a octroyés des parcelles veuille aujourd’hui accorder, à travers la justice, le droit de procéder au déguerpissement de nos familles et la démolition de nos maisons acquises à la sueur de nos fronts. Nous interpellons directement le président Macky Sall, il est le seul qui puisse régler ce problème », a déclaré Abdou Lahad Biang, coordonnateur de l’association des habitants de la Cité Darou Salam 2 Extension.

Avec ses voisins, il dit ne pas envisager de lâcher prise et assister de manière impuissante à la destruction de nos maisons. « Ce sont des maisons que nous avons construites durant plusieurs années de sacrifice et de privation. Pis, comment comprendre que le Dg de Senico puisse se permettre de nous réclamer ces terres. Après cette rencontre nous allons poursuivre la lutte et n’excluons pas d’initier des manifestations comme des marches et autres actions judiciaires. Nous avons interjeté appel et sommes disposés à perdre nos vies, si c’est le prix à payer », a-t-il déclaré.

Des propos étayés par sa voisine Marie Aw, propriétaire d’une des 245 maisons menacées de destruction. « De plus en plus des milliardaires viennent pour exproprier des pauvres. Nous avons interpellé directement le président Macky Sall. Il ne faudrait pas qu’il cautionne de telles choses. Nous n’acceptons pas que ces maisons qui ont été construites à la sueur de nos fronts soient détruites ».

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.