Afrique

Ouattara annonce l’extradition de Guillaume Soro vers la Côte d’Ivoire

La guéguerre entre Guillaume Soro et Alassane Ouattara ne connaîtra pas son dénouement de sitôt. Venu à Abidjan ce samedi 28 décembre 2019 en vue d’apaiser la tension entre l’actuel chef de l’Etat ivoirien et son ex filleul, le président Equato-guinéen Théodero Obiang N’guema n’aura pas obtenu les résultats escomptés.

 

Alassane Ouattara a en effet décidé de laisser libre cours à la procédure engagée contre le président du mouvement Générations et Peuples Solidaires (GPS), objet d’un mandat d’arrêt international.

Le président Alassane Ouattara déclare a cet effet :

« J’aurais pu dire que le dossier est entre les mains de la justice et ne pas m’appesantir dessus, mais je peux vous dire que nul ne sera autorisé à déstabiliser la Côte d’Ivoire, à perturber la quiétude des Ivoiriens. Le droit sera appliqué à tous, candidats ou pas.

Les candidatures ne sont pas encore ouvertes par la Commission électorale indépendante et même si c’était le cas, nul n’est au-dessus de la loi, aussi bien les anciens Présidents, les présidents d’Institutions, le Président de la République que tous les autres.

Nous sommes des citoyens et nous sommes responsables devant les juridictions. J’ajoute que la Constitution de la Côte d’Ivoire a des éléments très clairs concernant les députés.

Les députés ne sont pas au-dessus de la loi. Ils ne peuvent pas être poursuivis dans le cadre de l’exercice de leur fonction. Mais quand ils sont mêlés à la déstabilisation de ce pays, ils doivent faire face à la rigueur de la loi. La loi sera appliquée intégralement à tous les citoyens, quel que soit le lieu où ils résident en dehors de la Côte d’Ivoire ».

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.