International

Procès Sanogo au Mali : ce que prévoit l’accord entre le gouvernement et les parties civiles

Alors que le procès de l’ancien putschiste Amadou Haya Sanogo a été reporté au 11 mars, « Jeune Afrique » a eu accès à l’accord signé entre le gouvernement et les parties civiles. Voici ce que les autorités prévoient pour les familles des victimes.

Dans la salle n°1 de la Cour d’appel de Bamako ce 25 février, la reprise du procès de l’ancien putschiste Amadou Haya Sanogo – finalement renvoyé au 11 mars – a été marquée par l’absence de la partie civile. En cause, selon un avocat de la défense, « l’exonération quasi certaine des accusés » du fait de la loi votée en 2018 qui prévoit de ne pas poursuivre au pénal les personnes ayant commis des crimes et des délits « dans le cadre des événements liés à la crise née en 2012 », et ce en accord avec la politique de restauration de la paix et de réconciliation au Mali.

Catégories :International, Politique

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.