Politique

PRODAC- Pour hausser son niveau de contribution dans la création d’emplois : Pape M. NDOUR ouvre les portes des DAC au secteur privé national.

Le Programme des Domaines Agricoles Communautaires, créé par décret n° 2014-498 du 10 avril 2014, illustre la volonté des autorités du Sénégal de contribuer à la réduction de la précarité sociale en milieu rural et péri-urbain par la promotion de l’entreprenariat agricole des jeunes et des femmes et par la même occasion, d’assurer le développement du potentiel économique et social des zones ciblées.

Le concept procède d’une double démarche : la création de pôles de compétitivités économiques et d’aménagement du territoire surtout à l’intérieur du pays, adossée à une mise en place d’infrastructures agricoles et d’aménagements structurants permettant la mise en valeur de grands domaines allant de 1000 à 5 000 ha.

Il s’agit de mettre en place de véritables agropoles, lieux d’insertion de jeunes ruraux, de diplômés d’écoles de formation (aux métiers de l’agriculture et disciplines connexes), mais également de promoteurs privés désireux d’investir dans le secteur, aussi bien au niveau des activités de production que dans celles de transformation et de fourniture de services agricoles. Dans le document du PRODAC, intitulé la Charte des DAC, destiné à organiser l’exploitation des domaines, il est prévu de réserver 25% des terres de chaque DAC aux investisseurs privés. Un choix stratégique qui vise à faciliter l’atteinte des objectifs du programme en termes de création d’emplois et d’amélioration des revenus des jeunes. Cette stratégie d’intégration du secteur privé dans les DAC nécessite un encadrement sur le double plan juridique et opérationnel pour faciliter son cadrage avec les orientations du programme.

A cet effet, un Cahier des charges a été conçu et qui a pour objectif de définir pour les investisseurs privés : Les conditions d’admission des investisseurs privés dans les DAC ; Les conditions et les modalités d’affectation des UAE ; Les conditions et modalités de gestion des UAE; Les conditions et les modalités de production et de transformation.

C’est dans ce cadre que le coordonnateur national du PRODAC, M. Pape Malick NDOUR, a convié l’ensemble des acteurs concernés à un atelier de validation du Cahier des charges des investisseurs privés dans les DAC, ce jeudi 16 janvier 2020 à Radisson Blu. Un atelier d’information et de partage en vue de la validation du projet de cahier de charge relatif à l’implication du secteur privé dans les Domaines Agricoles Communautaires. Cette ouverture au secteur privé, doit permettre au PRODAC « de hausser son niveau de contribution à l’atteinte de l’objectif de création d’un million (1 000 000 000) d’emplois, fixé par Monsieur le Président de la République, M. Macky SALL, durant son quinquennat » a dit M. NDOUR.

Ainsi, pour y arriver, outre les groupements d’entrepreneurs agricoles constitués de jeunes et de femmes, « nous avons estimé qu’il était opportun d’intéresser et d’intégrer les investisseurs privés dans le volet aménagement des infrastructures agricoles, afin qu’ils viennent en appoint aux efforts consentis par le PRODAC. » a ajouté, le coordonnateur national du PRODAC. Ainsi, l’atteinte des objectifs fixés en termes de production et de création d’emplois « passe par la réalisation des infrastructures de base et l’aménagement des espaces de production que seul l’Etat ne saurait totalement prendre en charge, compte tenu de la lourdeur des investissements à réaliser. « De même, cet atelier a offert aux potentiels investisseurs, « une belle occasion de participer en amont, au processus d’élaboration du document qui pose le cadre d’intervention des opérateurs dans les DAC » a conclu M. NDOUR.

Merci de laisser vos commentaires !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.