Politique

Reconfiguration politique…

Les enseignants ont repris le chemin des classes. En d’autres occasions, ces râleurs auraient fait les « Unes » de nos périodiques. Leur retour en classe s’est déroulé en même temps que la rentrée politique dans notre pays. Depuis dimanche, une reconfiguration politique est en train de se dessiner. Et on peut dire que les plus grands perdants dans ce jeu politique sont les frondeurs du Pds et en particulier Oumar Sarr and Co. Sitôt la réconciliation avec son ex-bourreau faite, Me Wade s’est diplomatique- ment débarrassé de son ancien coordonnateur en le dépouillant de son manteau de représentant du Parti démocratique sénégalais (PDS) au sein du Front de résistance  nationale(FRN).Il (SarrDagana) lui faudra vite chercher un point de chute pour exister à moins qu’il decide de se faire hara-kiri en allant prendre la carte du parti du Chef. Là aussi, il pourrait paraitre bien encombrant. Déjà une mort politique ? Rien n’est moins sûr. Mais ce qui reste certain, c’est qu’une reconfiguration politique aura bel et bien lieu. Khalifa Sall serait déjà sur la ligne départ pour 2024 aux côtés de Sonko et Karim. Dans ce cas, Idrissa Seck,qui sera quelque peu vieillot, devra jouer serré pour s’en sortir. Dans les rangs du parti au pouvoir, les prétendants à la succession du Chef jouent en sourdine. Mimi Touré a déjà donné le ton à travers une interview accordée à l’hebdo panafricain JA. Il faudra bien compter sur elle en attendant que les autres se dévoilent .Et Dieu sait qu’ils sont nombreux à vouloir succéder au Chef sans oser dévoiler leurs ambitions. Mais ça ne va pas tarder. Une guerre fratricide en perspective. Mais le plus grand en- nemi du parti au pouvoir, c’est lui -même. Une formation politique qui tarde à se structurer et qui ne reconnait que son numéro 1. Celui qui nomme et dégomme.

Catégories :Politique, Société

Tagué:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.